www.moliere.com
8mar/170

Le pouvoir des femmes: de la fiction à la réalité

La Journée Internationale des Femmes est l’occasion pour la librairie Molière de vous présenter une sélection d’ouvrages que nous avons particulièrement appréciés et qui ont pour point commun de mettre en scène des parcours de vie de femmes fortes.

9782205073157-couv

La bande dessinée « Idéal standard » n'est pas seulement une histoire de jeune femme célibataire en pleine crise de la trentaine. L'album met en scène avec force les contradictions de la femme occidentale postmoderne. Elle se débat pour trouver l'épanouissement personnel, tiraillée sans fin entre idéal féministe et conformité sociale.

penelopebagieu

Avec les deux tomes de « Culottées », Pénélope Bagieu prouve, au travers des portraits d'une trentaine de femmes qui se sont battues pour mener une vie de femme libre, que cela peut être tous les jours la journée de la femme. On est enchanté par la diversité de ces destins de femmes qui ont repoussé chacune à leur manière les cases dans lesquelles on a voulu les cloisonner. Quand BD rime avec légèreté, liberté et égalité !

trio

Dans la collection « Ceux qui ont dit non » chez Actes Sud, on découvre de nombreuses  femmes qui ont osé prendre la parole pour défendre des causes essentielles. Anna Politkovskaïa, par exemple,  a dit « non » à la peur de s'exprimer en tant que journaliste russe ; Marie Durand a dit « non » à l'intolérance religieuse en tant que personnalité protestante du XVIIIè siècle ; Rosa Parks s'est indignée contre la discrimination raciale aux Etats-Unis, … bien d'autres exemples de résistance féminine sont disponibles dans la collection. Figures fortes de notre histoire, toutes ces femmes ont marqué les esprits et ont incontestablement contribué à faire évoluer les mœurs.

index

Une jeune fille qui se bat contre les préjugés. Esther, jeune fille de 14 ans, se retrouve livrée à elle-même après un naufrage. Courageuse, elle prend son destin en main et embarque pour le Nouveau Monde. Une héroïne téméraire et déterminée, prête à tout pour préserver sa liberté. Une aventure historique pleine de rebondissements, inspirée d'une histoire vraie. A partir de 12 ans.

9782290121849

L'héroïne de ce roman est une femme indocile dans un pays où il vaut mieux être n'importe quoi d'autre et si possible un volatile. On l'a jugée, on l'a condamnée, on va la lapider. Qui lui lancera la première pierre ? Qui du juge au désir enfoui ou de la reporter américaine aux belles intentions lui ôtera la vie ? Le roman puissant de Saphia Azzeddine est l'histoire d'une femme, frondeuse et libre, qui se réapproprie Allah. Une superbe histoire sur le courage d'une femme qui reste fidèle à ses convictions profondes, et sur l'obscurantisme religieux et sociétal qui aveugle certains hommes. Un roman puissant et plein d'émotion.

product_9782072721977_195x320

Et ce livre fait le buzz depuis sa parution… rédigé sous la forme d’une lettre adressée à une amie désireuse de recevoir des conseils pour éduquer sa fille contre les raisonnements sexistes, Chimamanda Ngozi Adichie nous offre un récit percutant qui met en lumière des situations concrètes que tout un chacun peut traverser, mettant le doigt sur les pièges qui contribuent à conforter les préjugés de nos sociétés actuelles.

 

Cliquez ici pour découvrir la liste complète de cette sélection : http://www.moliere.com/fr/motheme/theme/products/id/317/

2déc/160

Apéro littéraire: Arnaud de la Croix nous parle de Léon Degrelle

affiche-degrelle-blog

15juin/160

Dans l’ombre des textes

Si ce dont on parle le plus d'une maison d'édition, ce sont les auteurs et les livres, il n'en est pas moins vrai qu'une machine humaine bien huilée travaille à la production de ces ouvrages. Sans pouvoir les citer tous évidemment, j'avais envie de mettre en avant quelques-unes de ces personnes ou décisions éditoriales qui sont souvent dans l'ombre.

La première que l'on perçoit d'un livre, bien souvent, c'est la couverture. Une réaction d'appréciation (ou non) s'ensuit, mais rarement la question du concepteur de la couverture, graphisme, photo ou illustration. Aux éditions Gallmeister, la personne derrière ces magnifiques réalisations est Valérie Renaud. Peintre (http://www.valerie-renaud.fr/graphiste-peintre/valoubis.html) et graphiste, elle travaille avec la maison d'édition depuis le début, pour les couvertures ainsi que le site web.

 

Galcouv

 

Elle crée les illustrations des couvertures des collections Americana et ensuite, les insère sur un fond Pantone pour la couleur. Elles sont également imprimées en plus grand sur la deuxième et troisième de couverture. Pour les collections Noire et Nature Writing, les photos sont achetées sur des banques d'images et retravaillées par la talentueuse graphiste selon la même charte graphique qu'Americana.

Les couverture de la toute jeune collection Neo Noire sont également ses créations originales

 

neonoire

 

J'ai depuis le début une préférence très marquée pour les couvertures des Totem. Forte de ses illustrations à la fois sobres mais très travaillées, la charte graphique est suffisamment efficace pour que l'éditeur n'ait pas eu besoin de la changer en 6 ans. Même en 10 ans, pour les autres collections. Partant parfois d'illustrations existantes (comme celles de Miré pour des Totem notamment), elle crée une illustration originale sur fond blanc pour Americana et Nature Writing et noir pour les policiers comme Ross MacDonald ou William G. Tapply. Depuis peu, sur la couverture des Totem, la place donnée aux illustrations sur fond blanc ou noir a été augmentée, comme on peut le constater avec la Montagne en Sucre de Wallace Stegner ou la prochaine sortie de Bruce Holbert : Animaux solitaires. Décision qu'on ne peut qu'apprécier.

 

Totem

 

Autres travailleurs de l'ombre sans qui les textes n'arriveraient pas jusqu'à nous : les traducteurs. Les éditeurs ont su s'entourer de traducteurs talentueux comme Sophie Aslanides (Ron Carlson, Craig Johnson et plus récemment S. Craig Zahler) et Jacques Mailhos (entre autres Ross McDonald, John Gierach et Edward Abbey) qui travaillent en étroite collaboration avec les auteurs encore vivants. Une fois la traduction terminée, la mise en page complétée et la couverture créée, le livre part chez l'un des trois imprimeurs avec qui les éditions travaillent. Gallmeister a fait le choix d'imprimer ses ouvrages en France « sur papier fabriqué à partir de bois provenant de forêts durablement gérées », engagement social, écologique et économique très louable, dans la ligne directe des valeurs des auteurs traduits dans la collection.

Tant de raisons qui poussent tout amateur de bonne littérature et soucieux d'éthique à soutenir la maison d'édition en achetant ses ouvrages.

 

 

Images tirées du site web de l'éditeur

Merci à Marie Moscoso pour les informations

18mai/160

Boy Howdy

 

DSCF2380

Craig Johnson a étudié la littérature (il a un doctorat en art dramatique), a enseigné mais a aussi entre autres exercé les professions de chauffeur de camion, policier, pêcheur professionnel, rancher ou charpentier. S'il a beaucoup voyagé dans sa jeunesse, il vit maintenant avec sa femme dans leur ranch du Wyoming, à Ucross, aux pieds des Bighorn Mountains.

C'est cette expérience riche et une grande culture qui donnent à ses personnages l'épaisseur qu'on leur connait, à ses paysages, leur beauté, et qui rend ses ambiances si prégnantes. Il a également un vrai talent pour les dialogues : toujours justes et bien dosés, ils donnent à ses romans un rythme prenant qui nous pousse à ne fermer ses livres qu'une fois terminés.

DSCF2376

Il a publié aux Etats-Unis en 2005 le premier tome de sa série sur les aventures du shérif Walt Longmire. Son succès ne se dément pas depuis.

La narration est très particulière et les récits se construisent sur un court laps de temps, quelques jours pour la plupart voire quelques heures comme dans Steamboat par exemple. Néanmoins, l'auteur arrive à construire des personnages très crédibles et denses.

Dans Little Bird, le premier tome de la série, on fait la connaissance de Walter Longmire, shérif depuis 24 ans dans le comté d'Absaroka (comté imaginaire du Wyoming). Il vit seul depuis que sa femme Martha est décédée d'un cancer quelques années plus tôt et que sa fille Cady est partie à Philadelphie où elle y est avocate. A l'instar de son auteur, Walt est très cultivé et amoureux des Lettres, son bureau se situe dans l'ancienne bibliothèque de la ville et il n'est pas avare de citations ou références culturelles de toutes nationalités, classiques ou contemporaines.

Autour de lui gravitent les personnalités fortes de Victoria Moretti, son adjointe et Henry Standing Bear, son ami d'enfance. Vic vient de la ville et est catapultée dans cette petite bourgade du Wyoming, sous les ordres de Walt. Elle est intelligente, drôle, mordante, sarcastique et a très mauvais caractère. Son sens du répondant est une des sources de l'humour caustique que l'on trouve dans cette série. Henry lui est comme son nom l'indique, un véritable roc dans la vie de Walt. Droit, calme, il est une voix particulière qui amène souvent au shérif d'autre solutions. Walt l'appelle ironiquement La Nation Cheyenne mais sans doute grâce à lui, il est familier de la culture cheyenne et de sa spiritualité. Sans vraiment chercher un sens rationnel à ses expériences, il a été face à des événements inexplicables, des visions, des bruits de tambour, ou des sons, lui permettant souvent de sauver sa vie.

A travers la relation forte entre Walt et Henry, comme dans celle, tendue, que le shérif entretien avec la police tribale, on peut sentir la tension encore très présente entre les Premières Nations et les blancs qui, rappelons-le, ont pillé et volé les terres des autochtones et les ont parqués dans des réserves où le taux de chômage n'a d'équivalent que le taux de familles vivant sous le seuil de pauvreté. Loin pourtant d'être moralisateurs ou victimisants, les romans de Johnson font état de cette tension sans trop de parti pris pour l'un ou l'autre mais plutôt en évocation, dans toute la complexité que cette situation engendre pour les gens des réserves mais aussi les habitants des alentours, les points positifs comme les négatifs. Comme dans beaucoup d'épisodes regrettables de l'Histoire, il s'agit aussi de deux cultures radicalement différentes qui tentent de vivre ensemble.

D'autres personnages récurrents viennent compléter le tableau : Ruby, la secrétaire de Walt, Lucian Connally, l'ancien shérif avec qui il joue aux échecs dans la maison de retraite dans laquelle le retraité s'est installé, Dorothy, la patronne du café Busy Bee, Ferg, le policier un peu maladroit ou bien entendu, le Chien.

Meurtre d'une jeune autochtone, récit-flashback historique ou course-poursuite avec prisonnier évadé, Craig Johnson ne se cantonne pas à un seul registre et ne suit pas une série d'enquêtes rondement menées et répétées à l'infini. Chaque récit éclaire un ou plusieurs personnages d'une lumière différente, tournant toujours autour de Walt, bien sûr. Et même s'ils ne sont pas équipés des dernières technologies, le shérif et ses adjoints parviennent à gratter le vernis d'évidence qui pointe un accusé idéal pour se plonger dans la nuance de toutes les affaires qu'ils résolvent. Craig Johnson arrive à allier l'adrénaline des thrillers avec un humour mordant et il se dégage de son personnage de Walter Longmire une grande humanité.

En 2012, A&E a adapté les livres de Johnson dans une série appelée « Longmire » qui bien que différente dans sa forme (les impératifs de la télé étant différents des romans, comparons ce qui est comparable) et dans le destin de certains personnages secondaires, l'esprit reste fidèle à celui du livre. La seule chose à regretter est que Vic est peut-être un chouïa moins mordante que dans la version papier. A&E en 2014 a vendu les droits à Netflix qui a produit une quatrième saison et reconduit la série pour une cinquième.

Craig Johnson écrit chaque année, pour Noël, une nouvelle qu'il offre gratuitement à ses lecteurs sous forme de PDF, que Sophie Aslanides traduit pour les éditions Gallmeister qui les met à son tour à disposition des lecteurs francophones. Des versions papier sont également disponibles en librairie aux moments des fêtes de fin d'année.

Vous pouvez donc découvrir les nouvelles sur le site de l'éditeur, en espérant que vous serez aussi conquis que moi : http://www.gallmeister.fr/auteurs/fiche/15/craig-johnson

DSCF2402

 

5avr/160

Larry McMurtry

Larry McMurtry, figure incontournable de la culture américaine, est né en 1936 à Archer City au Texas. Il quitta sa ville pour étudier, puis il vécut à différents endroits comme Houston, Texas ou Washington D.C., villes dans lesquelles il a écrit mais dans lesquelles aussi il a ouvert une librairie d'occasion. Il vit actuellement à Archer City. Il y a aussi ouvert une librairie d'occasion, une des plus grandes librairies indépendantes des Etats-Unis : Booked Up Inc, avec plus de 400 000 titres (http://www.bookedupac.com/) parfois rares, des premières éditions, des éditions collectors, etc. Il a été obligé de la réduire grandement il y a quelques années, en organisant une vente aux enchères pour plus de 300 000 titres (http://blog.chron.com/bookish/2012/08/larry-mcmurtry-bids-goodbye-to-books-in-archer-city/).

En plus de ses nombreux romans et essais, il scénarise ou adapte des romans pour le cinéma et la télévision. En dehors de ses propres romans (notamment dans la série des Lonesome Dove ou celle de Duane Moore), il a également adapté la nouvelle Brockeback Mountain d'Annie Proulx, scénario adapté pour lequel il a gagné plusieurs prix.

Dans La Dernière Séance (1966), nous sommes plongés dans le Texas des années 50. Duane et Sonny sont nés et ont grandi à Thalia, petite ville proche des derricks où pour un jeune de 17 ans, il n'y a pas grand chose à faire à par un cinéma ou le café-salle de billard de Sam Le Lion, entre deux petits boulots à la plateforme pétrolière. Ils attendent avec impatience le temps où ils pourront se trouver une belle fille avec qui coucher mais dans cette vile un peu prude, les hormones sont mises à rude épreuve. Alors que Duane jette son dévolu sur Jacy, frivole, jolie et riche, Sonny se retrouve dans les bras de Ruth Popper, la femme de l'entraineur de l'équipe de football américain. La vie à Thalia se passe, avec ses étés chauds et lourds, alors que se profile à l'horizon la guerre de Corée, du Vietnam, et la crise pétrolière.

On retrouve Thalia dans Texasville (1987). Duane a 50 ans. On apprend des bribes de ce qui s'est passé à Thalia les 30 années précédentes, notamment pour Sonny qui prend beaucoup moins de place dans l'histoire. A la tête d'un empire pétrolier, Duane est marié avec Karla, femme indépendante au caractère bien trempé qui a entre autres pour particularité de faire imprimer sur ses Tshirts des slogans issus de chansons country comme : « à défaut d'être la première, je pourrai toujours être la prochaine ». Ils ont plusieurs enfants qui semblent avoir hérité de la folie de leur mère. Entre sa famille déjantée, le retour de Jacy, amour de jeunesse et son inquiétude pour ses dettes qui se chiffrent en millions de dollars, Duane doit aussi gérer le centenaire de la ville soudain jugé important par la population.

On peut suivre les aventures de Duane chez Sonatine dans Duane est dépressif et Duane est amoureux (ce dernier étant nettement moins bon que les autres). Cette série est un portrait sans détour d'une partie de l'Amérique, dépeinte avec un humour un peu caustique. Tout en développant une tendresse pour le personnage de Duane, jamais vraiment heureux, on se rend compte qu'il semble subir sa vie, que beaucoup de choses ont été dues au hasard et les seuls choix véritables qu'il pose le font paraître fou aux yeux du monde.

Lonesome Dove (ainsi que Streets of Laredo, Dead Man's walk et Comanche Moon) constitue une autre série à succès de McMurtry se passant au Texas. Lonesome Dove, roman pour lequel il a reçu le Prix Pulitzer de la fiction en 1986, en deux épisodes en français, raconte une partie de la vie d'Augustus McCrae et Woodrow Call. Ces deux ex-Texas Rangers fatigués de se battre contre les Comanches et les Mexicains ont opté pour un vie plus calme. Après quelques années dans leur ranch du Texas, ils décident de voler du bétail au Mexique et de remonter jusqu'au Nord du Montana pour y établir un ranch. Cette entreprise risquée leur fera perdre pas mal de leurs compagnons : quand ils ne croisent pas d'autochtones ou de voleurs de bétail, ils doivent résister aux caprices de la nature et aux dangers provenant de la faune environnante - ours, nids de couleuvres, etc.

Larry McMurtry a un don incroyable pour déployer des fresques humaines riches et denses dont on ne se lasse pas. Autour de Gus et Call se greffent quantité de personnages déployant par leurs liens entre eux les bases d'un univers aux possibles infinis.

Le 2 juin sortira La Marche du mort (Dead Man's Walk), sous-titré Lonesome Dove : les origines, dans lequel on retrouvera Gus et Call à l'époque où ils étaient Texas Ranger.

A lire aussi chez Gallmeister : Et tous mes amis seront des inconnus, dans une série de romans qui se passent dans la ville de Houston. On suit ici Danny Deck, jeune écrivain dont la vie est rythmée par sa malchance avec les femmes. Sa femme, Sally, cesse de l'aimer assez rapidement après leur mariage (lui-même survenu assez rapidement après leur rencontre). Sa voisine aux abords froids et secs se révèle finalement dévergondée mais il ne peut en profiter. Sa nouvelle petite amie Jill, quant à elle, le suit de Los Angeles à San Francisco sur un coup de tête et repart quelques mois plus tard de la même façon. Et enfin, il éprouve un attachement tendre et fort, secret, son amie Emma. Le tout sur fond de tentative d'écriture de son deuxième roman rythmée par ses relations avec les femmes qui gravitent autour de lui.

Excellent roman mais en sachant comment McMurtry arrive à magnifier ses histoires en plusieurs livres, on ne peut qu'espérer que les autres romans de cette série seront un jour traduits en français.

Écrit en 2014, Le Saloon des derniers mots doux est un peu plus étrange. C'est une sorte de western en déliquescence dans lequel les personnages sont encore pris dans les codes du western mais sans aucune conviction, comme un passage entre un monde ancien et le monde moderne. Il y a aussi une douceur dans ce roman décalé, teintée d'un peu de mélancolie face à une époque révolue. Ce sentiment est figé dans le nom du Saloon « des derniers mots doux », enseigne que Warren Earp trimballe dans tous ses déménagements.

Proportionnellement, peu de romans de McMurtry ont été traduits en français ; la majorité de ceux-là est actuellement éditée chez Gallmeister mais la suite de la série Duane est chez Sonatine et d'autres plus anciens étaient chez Presses de la Cité, Robert Laffont ou First.

Larry McMurtry est un donc auteur à découvrir absolument, en anglais ou en français, si ce n'est pas déjà fait.

Pour d'autres infos :

http://www.gallmeister.fr/auteurs/fiche/23/larry-mcmurtry

ou acheter les livres en ligne :

http://www.moliere.com/fr/catalogsearch/result/?q=larry+McMurtry

 

30jan/160

Les éditions Gallmeister ont 10 ans

Montana

Cette année, les éditions Gallmeister fêtent leurs 10 ans. Régulièrement cette année, nous mettrons en avant un roman ou un auteur marquant de cette décennie éditoriale.

Née en 2006 de la passion qu'entretient Oliver Gallmeister pour la littérature américaine (et semble-t-il, la pêche à la mouche), la maison d'édition éponyme est spécialisée dans la littérature américaine contemporaine. Les presque 150 titres différents couvrent le territoire américain de l'Alaska à la Floride et du Maine jusqu'à la Californie, offrant une vision très large de ces paysages sauvages et urbains à travers les yeux d'une multitude de personnages de tous horizons : d'un ancien militaire revenu en Utah faire péter des bulldozers au policier d'une petite ville du Wyoming, en passant par des cow-boys traversant les États-Unis avec leur bétail, un sombre détective des années 40 ou une petite fille de 6 ans découvrant les joies de la bière. Ces personnages racontent aussi une Amérique marquée par les stigmates d'une humanité en lutte contre elle-même : la guerre du Vietnam, l'esclavage, les conflits avec les autochtones.

Cette vision est due sans doute à ces auteurs, hommes et femmes (car si la grammaire conseille fortement que le masculin l'emporte, la voix des femmes est bien présente, auteures et narratrices), qui ne sont pas que des écrivains, nombre d'entre eux (si pas tous) ont d'abord été policier, chasseur, trappeur, ranger, camionneur, bûcheron, peintre en bâtiment, éditeur, pompier, acteur/réalisateur de porno, universitaire, soldat, essayiste, etc. Une vie qui a considérablement enrichi leur littérature.

Et puis Gallmeister, c'est aussi une maison d'édition qui m'a fait découvrir une Amérique que je n'avais vue alors que dans les yeux des autres et qui se limitait à New York, Miami, San Fransisco ou Chicago. J'ai découvert une Amérique belle, sauvage et secrète ; le Wyoming de Craig Johnson, l'Utah chaud et désertique d'Abbey ou l'Alaska de Vann. C'est emplie de ces images littéraires que j'ai pu traverser quelques fois ces paysages, un peu à l'image de Pete Fromm qui, abreuvé par la littérature de trappeur, part un hiver au fin fond des Rocheuses pour garder des œufs de saumon (il raconte ce moment de sa vie dans Indian Creek, disponible dans la collection Totem et depuis peu à nouveau en grand format, accompagné de photos).

Un des premiers titres que j'ai lu dans cette collection est « le Gang de la clef à molette », d'Edward Abbey : une bande d'écologistes un peu tarés s'est mise en tête de démonter (comprendre : faire exploser) les édifices industriels du capitalisme galopant.

Doc Sarvis est un médecin généraliste aisé, sentimental, un peu poète, un peu pyromane.

« Avec son dôme chauve moucheté, son visage sauvage et toute la noblesse sévère d'un Sibelius, le Dr Sarvis était en tournée nocturne sur un banal programme de réhabilitation de quartier, occupé à brûler des panneaux publicitaires au bord de la grand-route – l'US 66, vouée à se faire dévorer par l'Autobahn Superrapide de la Superpuissance. Son mode opératoire était simple et d'une finesse chirurgicale. Il prenait son jerrycan de 5 gallons d'essence, en aspergeait les pieds et tout autre membre étançonnant les cibles élues, puis craquait une allumette. On devrait tous avoir un hobby. »1

Bonnie Abbzug, secrétaire du prédécesseur de Sarvis, puis de ce dernier, est devenue depuis sa maîtresse. Elle le suit dans ses sorties incendiaires. Intelligente, incisive, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et détail amusant, alors que ces trois écologistes convaincus roulent en vieille voiture en lançant leurs cannettes de bière sur les routes, elle vit dans un dôme géodésique.

« Elle était trop sage pour s'engluer durablement dans aucune théorie à la mode, bien qu'elle les essayât toutes. Avec une intelligence trop fine pour se laisser violer par les idées, elle avait appris qu'elle était en quête non pas d'une évolution personnelle (elle s'appréciait) mais de quelque chose de bien à faire. »2

Hayduke, un ancien béret vert ravagé par la guerre du Vietnam (personnage dont le modèle est Doug Peacock, autre auteur traduit chez Gallmeister, ami très cher d'Abbey), instable, impatient, en rogne contre la société capitaliste et destructrice.

« Hayduke a vingt-cinq ans. Il est court, costaud, carré, bâti comme un catcheur. Il a le visage poilu, très poilu, avec une bouche large et une belle dentition, de grosses pommettes et une impressionnante tignasse de cheveux bleu-noir drus. Traîne peut-être une trace de lointain sang shawnee quelque part dans son brouet de gènes. Il a des mains amples et puissantes, à peau blanc pâle sous la pilosité noire. Il a passé beaucoup de temps dans la jungle, puis beaucoup de temps à l'hôpital. »3

Seldom Seen Smith, un mormon (de nom seulement) partagé entre ses trois femmes, séparée l'une de l'autre par une journée de route.

« Né par hasard dans la communauté de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (les mormons), Smith était en congé sabbatique permanent à l'égard de sa religion. C'était un renégat, un jack mormon – le jack mormon étant au bon mormon ce que le jackrabbit est au gentil petit lapin. (…) Son nom officiel était Joseph Fielding Smith (en hommage à un neveu du fondateur et martyr), mais ses épouses lui avaient donné le surnom de Sledom Seen – celui qu'on voit rarement –, et ça lui allait bien. »4

Ils vont tous les quatre farouchement parcourir le désert, poursuivis par les autorités, détruisant quantité de bulldozers et de chantiers sur leur chemin. Derrière le côté désopilant de l'histoire se cache aussi une triste réalité de ces espaces sauvages ravagés de manière irréfléchie par l'homme.

Très engagé, c'est un roman époustouflant sur une lutte acharnée mais sans espoir contre l'industrialisation dans lequel on alterne les scènes d'actions avec des situations loufoques, des tranches de vie ou de magnifiques descriptions de paysage. On découvre des personnages attachants mais aussi vraiment drôles (mention spéciale à Love, le curé policier cardiaque pourri par le capitalisme). L'auteur dira à propos de son « Gang de la clef à molette », reflétant parfaitement le caractère militant de son oeuvre : "Quiconque prendra ce livre au sérieux sera immédiatement abattu. Quiconque ne le prendra pas au sérieux sera enterré vivant par un bulldozer Mitsubishi."

La première version du livre en français, traduite par Pierre Guillaumin, était parue sans illustration, comme la première version américaine ; mais il y a quelques années, elle a été retraduite par Jacques Mailhos et imprimée avec les illustrations de Robert Crumb, jointes au texte en langue originale pour les 10 ans de sa parution.

 

Pour plus d'infos sur Gallmeister et leurs publications :  http://www.gallmeister.fr/

Pour obtenir les ouvrages sur notre site en ligne :

http://www.moliere.com/fr/catalogsearch/result/index/?facet_format=&price=&facet_author=Abbey+Edward&q=edward+abbey

 

 

1Abbey Edward, le Gang de la clef à molette, Gallmeister, 2013 p.21

2Ibidem, p.63

3Ibidem, p.33

4Ibidem, p.49

8fév/130

St-Valentin: place à la sensualité !

Comme chaque année la St-Valentin revient, et avec elle ses traditionnels bouquets de roses et coffrets chocolatés. Heureusement sur moliere.com, on vous offre la possibilité de sortir des sentiers battus et d’étonner l’élu(e) de votre cœur. Voici notre sélection d’articles, livres ou coffrets, qui pourront pimenter votre soirée.

Herboristerie coquine de Mioulane Patrick

herboristerie coquine

Mioulane Patrick vous propose de découvrir les aliments qui sauront émoustiller votre partenaire et qu’il serait bon de cuisiner pour cette soirée de st-valentin. Ce livre est un bel objet glamour, subtile et attrayant où vous retrouverez 27 thèmes affriolants et plus de 30 animations. Amusez-vous avec des anecdotes botaniques coquines mais jamais vulgaires.

Alors n’hésitez plus et mettez du piment dans vos relations amoureuses.

 

 

Cuisine érotique de Anonyme

9782915266894

Après le choix des ingrédients, le moment est venu de se mettre aux fourneaux. Avec cuisine érotique vous apprendrez comment agrémenter vos plats d’un soupçon de sensualité. Ce livre échauffera vos sens et donnera un coup de fouet à votre menu. Cuisinez une crème fondante ou une mousse aérienne qui invitera votre Valentin(e) à une dégustation lente et langoureuse.

 

 

 

 

Massages amoureux de Rei Kavida

9782846282895Et si on éveillait nos sens !

Moment d'intense douceur et de bien-être, le massage est un rendez-vous intime et voluptueux qui permet d'explorer des nouvelles pistes amoureuses. Conseils, huile de massage et bandeau, ce coffret rassemble tous les accessoires indispensables pour découvrir le formidable potentiel sensuel du massage.

 

 

 

Léon et Louise de Capus Alex

9782330009465Et pour finir, retrouvons les plaisirs de la lecture et de la romance. Mais attention, pas de mièvrerie, mais plutôt une magnifique histoire d'amour où se succèdent toute une série de tableaux, sans jamais tomber dans le cliché. Alex Capus livre une belle réflexion sur le couple et la passion, tout en parvenant à éviter l'écueil de la sensiblerie.

Résumé : Les jeunes Léon et Louise se rencontrent dans un petit village français au début du XXe siècle. Alors que la guerre semble se dérouler loin d'eux, un bombardement les sépare et face à cet éloignement contraint, une nouvelle vie s'offre à eux au cours de laquelle ils ne cesseront de jouer au jeu du chat et de la souris.

 

12oct/120

Le tendre amour du professeur Pileux

"Chère et tendre,

je n'y connais rien aux femmes, je suis petit et poilu, parfois en fin de semaine, je pue. Mais je mettrai un point d'honneur à t'aimer et te chérir, si tu voulais bien devenir mon épouse."

Le jour de son trentième anniversaire, le professeur Pileux tombe amoureux de Séraphine, une femme charmante et mystérieuse constamment suivie par 12 étranges créatures. Lors de sa déclaration maladroite, elle reconnut en lui un homme honnête et accepta de l'épouser à la seule condition de faire chambre à part toutes les nuits et ne jamais chercher à la voir dévêtue.

Ils passèrent une année heureuse et le soir de leur premier anniversaire de mariage, un peu pompette, le professeur Pileux n'y tenant plus, pose à sa douce la question qui lui brûle les lèvres depuis un an : pourquoi cette promesse ? Séraphine refuse de répondre et monte se coucher. Un peu plus tard, Pileux se faufile dans la chambre de sa bien aimée et ce qu'il y découvre le laisse sans voix ...

Un conte curieux et original, superbement illustré, à partir de 8 ans, qui séduira les petits et les grands.

Véro

Séraphine ou le charme incertain, Camille Jourdy, la collection, 14€, 9782940275250

24sept/120

Coup de coeur Romance : “Attachement” de Rainbow Rowell

 

Une romance où l'on suit, et c'est assez rare pour le signaler, le point de vue du héros et non d'une héroïne !  Une histoire avec beaucoup d'amitié, d'humour, d'émotions, des questionnements sur la vie, et bien entendu des sentiments amoureux, même si ceux-ci ne sont pas le sujet principal !

Un héros atypique dans une romance peu conventionnelle avec un joli clin d'oeil au monde des geeks  !

Une découverte très sympathique !

Attachement, Rainbow Rowell, Milady Romance, 477 pages, 7,90€

ISBN : 9782811208202

Julie

21sept/120

Coup de coeur ! “Léon et Louise” d’Alex Capus (Ed. Actes Sud)

Alex Capus est un auteur suisse très prolifique.  Son dernier livre est le premier à être traduit en français par les éditions Actes Sud. Il présente une magnifique histoire d'amour où se succèdent une série de tableaux, sans jamais tomber dans le cliché.

Les jeunes Léon et Louise se rencontrent au début du XXe siècle. Alors que la guerre semble se dérouler loin d'eux, un bombardement les sépare. Face à cet éloignement contraint, une nouvelle vie se substitue à celle qu'ils auraient dû avoir ensemble. Léon rencontre Yvonne avec laquelle il aura 4 enfants, dont le père du narrateur, et  affrontera une guerre qui leur laissera de nombreuses sequelles. Louise ne se mariera pas et fuira son pays au début de la Seconde Guerre mondiale.

Durant cette vie, Léon et Louise ne cesseront de jouer au jeu du chat et de la souris. Alex Capus livre une belle réflexion sur le couple et la passion et parvient à éviter l'écueil de la sensiblerie !

Caroline

Léon et Louise, Capus Alex, Ed. Actes Sud, 320p. , 22,50 €

ISBN 978-2-330-00946-5