www.moliere.com
22mai/120

Créer un comic sur Internet avec des personnages Marvel

L’un des films du moment est The Avengers qui , Pour des activités en espace public numérique (EPN) et pour des internautes créatifs, The Avengers (réalisé par Joss Whedon) , actuellement dans les salles de cinéma, met en scène les personnages de la série de comics du même nom : les Vengeurs créés par Jack Kirby et Stan Lee pour Marvel Comics. Dans cette aventure avec une distribution impressionnante de personnages : Iron Man, Captain America, Hulk, Thor, la Veuve noire ou encore Oeil-de-faucon et Loki. Un scénario rythmé, beaucoup d’ingéniosité et d’effets spéciaux font le succès de ce long métrage les enfants adorent ! Au point qu'une suite est en préparation, sans parler de Spiderman cet été, Thor 2 et Iron Man 3 plus tard. Bref les comics, ça cartonne. Et en voilà une idée d'animation pour les internautes créatifs ! Créer son propre comic en ligne, de plus avec les personnages de MARVEL. Et bien c'est possible ! La firme a mis en place un générateur en ligne et gratuit de Comics disponible à cette adresse :

http://marvelkids.marvel.com/games/play/75/create_your_own_comic .

Créer un comic Marvel : mode d’emploi

En amont, il faut choisir si l’on désire créer un strip (quelques vignettes de BD Comics) « Create a comic strip » ou se lancer dans la réalisation d’une page (ou d’un livre entier) de comics « Create a comic book ».  Pour les plus jeunes, il est préférable de créer juste un bout de planche pour découvrir l'outil. Ensuite, pourquoi ne pas laissez libre court à leur imagination et les laisser créer ce qu'ils veulent.

Simple comme glissé-déposé

Le principe est ensuite très simple. Comme dans bon nombre de générateurs en ligne, les objets sont insérés dans les cases par simple glissé-déposé. Chaque élément déposé peut être redimensionné ou re-déplacé à volonté.

Au choix, on peut insérer les éléments suivants :

  • des fonds (backgrounds) ;
  • des personnages (characters) ;
  • des objets (objects) ;
  • des bulles (dialogue) ;
  • des effets sonores (sound effects) .

De quoi amuser tous les amateurs de comics !

Pour le texte, l’internaute a le choix parmi 11 polices de caractère, la grandeur des caractères et des fonds d’écriture. Les éléments peuvent bien sûr se superposer et être mis en avant ou non.

C'est avec plaisir que nous retrouvons parmi les personnages : Captain America, Flash, Hulk, Iron Man, le Surfeur d'argent, Spiderman, Wolfverine et bien d'autres.

Une fois terminé, le comic peut être récupéré au format PDF ou être imprimé.

Create your own comic est un générateur qui amusera les plus jeunes mais qui peut paraître limité pour les plus grands. Il reste cependant un excellent outil pour initier les enfants au monde de la bande dessinée et du comic.  

 

L’espace en ligne Marvel Kids propose d’autres activités comme des dessins et coloriages (« coloring and drawing »), des puzzles et des labyrinthes (« mazes ») ainsi que 21 jeux gratuits sur Internet (en Flash).

Via NetPublic & Diprog

11mai/120

Le distributeur de livres

Une idée de Novel Idea

Un concept viable d'après vous ?
22fév/120

La vocation de libraire à l'ère numérique

Il suffit maintenant de quelques clics pour acheter un livre en ligne. On peut aussi se passer du vénérable objet de papier et lire sur son téléphone, une liseuse ou autre tablette électronique. Mais la surface froide d'un écran ne remplacera jamais l'intelligence et les conseils d'un bon libraire.

Morgane Marvier, libraire depuis six ans à la Librairie Monet, a su qu'elle avait la vocation après un détour par les univers cousins de l'édition et de la bibliothèque. Française, documentaliste de formation, elle est tombée amoureuse du Québec lors d'un premier séjour pour un stage chez un éditeur. Elle est revenue quelques années plus tard avec une idée claire: faire carrière en librairie.

«C'est un métier où l'on apprend tous les jours, dit-elle. Il faut avoir une vaste culture générale et une bonne connaissance de l'actualité. J'aime mon métier pour l'échange avec les clients. C'est une façon de partager ce qu'on aime. Quelqu'un qui me revient en disant avoir adoré le livre que je lui ai conseillé, il n'y a rien de plus génial!»

Elle-même grande lectrice, elle est passionnée de romans policiers, au point de créer un blogue sur le sujet, Carnets noirs. D'ailleurs, il faut avoir un petit côté détective pour être libraire, et aimer fouiller, car ce que le client demande n'est pas toujours évident. Comme cette dame charmante qui cherchait un polar, Les souliers écossais.

«En fait, c'était plutôt Les chaussures italiennes!», raconte la jeune femme en riant.

L'anecdote est révélatrice: les moteurs de recherche ne sont pas près de remplacer la perspicacité humaine.

Un professionnel reconnu

«Un bon libraire est un éclaireur. Il fait faire des découvertes à ses clients. Aujourd'hui, on peut acheter des livres partout: sur l'internet, dans les grandes surfaces, les pharmacies... Pour lutter contre cette concurrence, le libraire doit être créatif et rendre sa relation avec le client importante», dit Isabelle Gaudet-Labine, coordonnatrice à la formation continue au Conseil québécois des ressources humaines en culture (CQRHC).

Sans le libraire, la «bibliodiversité» est menacée, ajoute-t-elle. «Il assure la diffusion de livres de diverses origines, de maisons d'édition, d'oeuvres et d'auteurs moins connus, bref, tout ce qui passe sous l'écran radar des médias de masse. Ce n'est pas un site internet qui peut faire ça».

Avec l'Association des libraires et d'autres intervenants, le CQRHC a mis sur pied un programme d'apprentissage en milieu de travail pour mieux former les libraires qui le désirent et leur permettre d'acquérir davantage de reconnaissance professionnelle. À la fin du programme, les libraires reçoivent un certificat de compétences du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Le CQRHC donne des outils pédagogiques aux libraires expérimentés pour qu'ils deviennent compagnons et transmettent leurs connaissances aux apprentis, sur les lieux de travail.

«Depuis septembre 2007, nous en sommes à 83 libraires certifiés. C'est un résultat quand même satisfaisant pour un métier qui n'avait aucune tradition de formation reconnue au Québec», dit Mme Gaudet-Labine.

Morgane Marvier, elle-même compagnon, a déjà formé quatre apprentis libraires.

«En France, le métier de libraire est clairement reconnu et nécessite une formation académique, dit-elle. Quand on m'a parlé du projet, j'ai accepté tout de suite, car j'ai constaté qu'ici, ce n'était pas aussi reconnu. Le programme permet de répandre le métier partout au Québec. Ceux qui sont passés par le programme vont pouvoir en former d'autres.»

Une formation structurée qui se substitue à la formation «sur le tas», sans que l'on soit obligé de passer par les bancs d'école. Pour obtenir leur certificat, les apprentis doivent maîtriser certaines compétences obligatoires.

Par exemple, ils doivent savoir utiliser toutes les ressources de la librairie et le système de classement des livres, accueillir et conseiller les clients, et être capables d'aménager une aire de vente selon un concept de présentation.

«Ils apprennent en étant confrontés à des situations réelles, dit Morgane Marvier. À la fin de leur apprentissage, on leur demande de créer une grande vitrine thématique. Ils doivent choisir un thème, faire des recherches, commander les bons livres, trouver des objets décoratifs et installer le tout.»

Car s'il transmet la culture, le libraire doit aussi savoir vendre. Il en va de la survie de son commerce.

«Le défi actuel du libraire est de créer un lieu où les gens ont le goût d'aller et où il fait bon passer du temps, dit Isabelle Gaudet-Labine. Il doit organiser des clubs de lecture, des expositions, des rencontres avec les auteurs. C'est aussi cela qui distingue la librairie des autres endroits où l'on vend des livres.»

Caroline Rodgers, collaboration spéciale LA PRESSE

via La Presse.ca

22fév/120

La vocation de libraire à l’ère numérique

Il suffit maintenant de quelques clics pour acheter un livre en ligne. On peut aussi se passer du vénérable objet de papier et lire sur son téléphone, une liseuse ou autre tablette électronique. Mais la surface froide d'un écran ne remplacera jamais l'intelligence et les conseils d'un bon libraire.

Morgane Marvier, libraire depuis six ans à la Librairie Monet, a su qu'elle avait la vocation après un détour par les univers cousins de l'édition et de la bibliothèque. Française, documentaliste de formation, elle est tombée amoureuse du Québec lors d'un premier séjour pour un stage chez un éditeur. Elle est revenue quelques années plus tard avec une idée claire: faire carrière en librairie.

«C'est un métier où l'on apprend tous les jours, dit-elle. Il faut avoir une vaste culture générale et une bonne connaissance de l'actualité. J'aime mon métier pour l'échange avec les clients. C'est une façon de partager ce qu'on aime. Quelqu'un qui me revient en disant avoir adoré le livre que je lui ai conseillé, il n'y a rien de plus génial!»

Elle-même grande lectrice, elle est passionnée de romans policiers, au point de créer un blogue sur le sujet, Carnets noirs. D'ailleurs, il faut avoir un petit côté détective pour être libraire, et aimer fouiller, car ce que le client demande n'est pas toujours évident. Comme cette dame charmante qui cherchait un polar, Les souliers écossais.

«En fait, c'était plutôt Les chaussures italiennes!», raconte la jeune femme en riant.

L'anecdote est révélatrice: les moteurs de recherche ne sont pas près de remplacer la perspicacité humaine.

Un professionnel reconnu

«Un bon libraire est un éclaireur. Il fait faire des découvertes à ses clients. Aujourd'hui, on peut acheter des livres partout: sur l'internet, dans les grandes surfaces, les pharmacies... Pour lutter contre cette concurrence, le libraire doit être créatif et rendre sa relation avec le client importante», dit Isabelle Gaudet-Labine, coordonnatrice à la formation continue au Conseil québécois des ressources humaines en culture (CQRHC).

Sans le libraire, la «bibliodiversité» est menacée, ajoute-t-elle. «Il assure la diffusion de livres de diverses origines, de maisons d'édition, d'oeuvres et d'auteurs moins connus, bref, tout ce qui passe sous l'écran radar des médias de masse. Ce n'est pas un site internet qui peut faire ça».

Avec l'Association des libraires et d'autres intervenants, le CQRHC a mis sur pied un programme d'apprentissage en milieu de travail pour mieux former les libraires qui le désirent et leur permettre d'acquérir davantage de reconnaissance professionnelle. À la fin du programme, les libraires reçoivent un certificat de compétences du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Le CQRHC donne des outils pédagogiques aux libraires expérimentés pour qu'ils deviennent compagnons et transmettent leurs connaissances aux apprentis, sur les lieux de travail.

«Depuis septembre 2007, nous en sommes à 83 libraires certifiés. C'est un résultat quand même satisfaisant pour un métier qui n'avait aucune tradition de formation reconnue au Québec», dit Mme Gaudet-Labine.

Morgane Marvier, elle-même compagnon, a déjà formé quatre apprentis libraires.

«En France, le métier de libraire est clairement reconnu et nécessite une formation académique, dit-elle. Quand on m'a parlé du projet, j'ai accepté tout de suite, car j'ai constaté qu'ici, ce n'était pas aussi reconnu. Le programme permet de répandre le métier partout au Québec. Ceux qui sont passés par le programme vont pouvoir en former d'autres.»

Une formation structurée qui se substitue à la formation «sur le tas», sans que l'on soit obligé de passer par les bancs d'école. Pour obtenir leur certificat, les apprentis doivent maîtriser certaines compétences obligatoires.

Par exemple, ils doivent savoir utiliser toutes les ressources de la librairie et le système de classement des livres, accueillir et conseiller les clients, et être capables d'aménager une aire de vente selon un concept de présentation.

«Ils apprennent en étant confrontés à des situations réelles, dit Morgane Marvier. À la fin de leur apprentissage, on leur demande de créer une grande vitrine thématique. Ils doivent choisir un thème, faire des recherches, commander les bons livres, trouver des objets décoratifs et installer le tout.»

Car s'il transmet la culture, le libraire doit aussi savoir vendre. Il en va de la survie de son commerce.

«Le défi actuel du libraire est de créer un lieu où les gens ont le goût d'aller et où il fait bon passer du temps, dit Isabelle Gaudet-Labine. Il doit organiser des clubs de lecture, des expositions, des rencontres avec les auteurs. C'est aussi cela qui distingue la librairie des autres endroits où l'on vend des livres.»

Caroline Rodgers, collaboration spéciale LA PRESSE

via La Presse.ca

26sept/110

Actes Sud : L'objet de…

Chaque auteur raconte l'histoire de son objet fétiche en deux minutes. Ces films ont été diffusés sur Paris Première.

C'est autant d'histoires mises en scène par Metin Arditi, Henry Bauchau, André Brink, Alaa El Aswany, Mathias Enard, Anne-Marie Garat, Laurent Gaudé, Nancy Huston, Cécile Ladjali, Sébastien Lapaque, Lieve Joris, Macha Makeïeff, Alberto Manguel, Paul Nizon, Claude Pujade-Renaud, Olivier Py, Jean-Michel Ribes, Minh Tran Huy, Lyonel Trouillot et Mâkhi Xenakis


26sept/110

Actes Sud : L’objet de…

Chaque auteur raconte l'histoire de son objet fétiche en deux minutes. Ces films ont été diffusés sur Paris Première.

C'est autant d'histoires mises en scène par Metin Arditi, Henry Bauchau, André Brink, Alaa El Aswany, Mathias Enard, Anne-Marie Garat, Laurent Gaudé, Nancy Huston, Cécile Ladjali, Sébastien Lapaque, Lieve Joris, Macha Makeïeff, Alberto Manguel, Paul Nizon, Claude Pujade-Renaud, Olivier Py, Jean-Michel Ribes, Minh Tran Huy, Lyonel Trouillot et Mâkhi Xenakis


9avr/110

Face au numérique, les libraires doivent s'unir et utiliser les réseaux sociaux : actualités – Livres Hebdo

Une table ronde réunissant libraires et distributeurs au Salon du livre a soulevé les différentes problématiques que rencontrent les libraires face au livre numérique.

C'est devant un public nombreux et assidu, vendredi 18 mars, que Florent Argentier, directeur marketing de Direct Groupe France, Marie-Pierre Sangouard, directrice du livre à la Fnac, Jérôme Dayre, patron de Atout-livre (Paris 12e) et coordinateur numérique de Librest, Vincent Marty, directeur de Dilicom, et Denis Zwirn, P-DG de Numilog, ont débattu des enjeux et des stratégies mises en place par les librairies pour intégrer une offre numérique, sans toutefois apporter d'éléments nouveaux à la question.

Pour chacun, organiser et proposer une offre numérique apparaît évident et nécessaire. « Il faut savoir accompagner les pratiques de nos clients, qui font désormais un usage intensif d'Internet pour s'informer, se distraire et acheter », analyse Jérôme Dayre. Les enjeux propres à ce marché, « encore naissant mais en marche », note Denis Zwirn, ont été évoqués : une offre encore pauvre, qui manque notamment d'ouvrages de fonds – 80 000 titres sont disponibles en numérique, des prix trop élevés ne correspondant pas aux attentes des clients, une technique encore complexe et lourde à gérer pour les libraires, notamment en terme de service après-vente.

Pour tous, ces obstacles doivent être rapidement franchis, sous peine de laisser la place aux gros acteurs du marché, Google, Amazon, Apple et Orange. « Si l'ensemble de la chaîne du livre a pris conscience des enjeux, nous avançons trop lentement », a notamment regretté Marie-Pierre Sangouard.

Jérôme Dayre, de son côté, a soutenu que les libraires indépendants devaient absolument s'unir et mutualiser leurs moyens pour garder une visibilité dans ce marché numérique. A ce titre, il a annoncé la mise en place d'une offre de livres numériques sur le site Librest dès la fin du mois, en partenariat avec Dilicom. De même, chacun a convenu de la nécessité de réinventer la pratique du métier. « Il est illusoire de penser que nous vendrons des livres numériques en magasin, nous devons donc poursuivre sur Internet notre métier, notamment la médiation, qui peut aussi passer par des blogs », avance le patron d'Atout-livre.

Trouver d'autres moyens de contacter le public, en utilisant notamment les réseaux sociaux, est une autre solution avancée.

via Face au numérique, les libraires doivent s'unir et utiliser les réseaux sociaux : actualités - Livres Hebdo.

9avr/110

Face au numérique, les libraires doivent s’unir et utiliser les réseaux sociaux : actualités – Livres Hebdo

Une table ronde réunissant libraires et distributeurs au Salon du livre a soulevé les différentes problématiques que rencontrent les libraires face au livre numérique.

C'est devant un public nombreux et assidu, vendredi 18 mars, que Florent Argentier, directeur marketing de Direct Groupe France, Marie-Pierre Sangouard, directrice du livre à la Fnac, Jérôme Dayre, patron de Atout-livre (Paris 12e) et coordinateur numérique de Librest, Vincent Marty, directeur de Dilicom, et Denis Zwirn, P-DG de Numilog, ont débattu des enjeux et des stratégies mises en place par les librairies pour intégrer une offre numérique, sans toutefois apporter d'éléments nouveaux à la question.

Pour chacun, organiser et proposer une offre numérique apparaît évident et nécessaire. « Il faut savoir accompagner les pratiques de nos clients, qui font désormais un usage intensif d'Internet pour s'informer, se distraire et acheter », analyse Jérôme Dayre. Les enjeux propres à ce marché, « encore naissant mais en marche », note Denis Zwirn, ont été évoqués : une offre encore pauvre, qui manque notamment d'ouvrages de fonds – 80 000 titres sont disponibles en numérique, des prix trop élevés ne correspondant pas aux attentes des clients, une technique encore complexe et lourde à gérer pour les libraires, notamment en terme de service après-vente.

Pour tous, ces obstacles doivent être rapidement franchis, sous peine de laisser la place aux gros acteurs du marché, Google, Amazon, Apple et Orange. « Si l'ensemble de la chaîne du livre a pris conscience des enjeux, nous avançons trop lentement », a notamment regretté Marie-Pierre Sangouard.

Jérôme Dayre, de son côté, a soutenu que les libraires indépendants devaient absolument s'unir et mutualiser leurs moyens pour garder une visibilité dans ce marché numérique. A ce titre, il a annoncé la mise en place d'une offre de livres numériques sur le site Librest dès la fin du mois, en partenariat avec Dilicom. De même, chacun a convenu de la nécessité de réinventer la pratique du métier. « Il est illusoire de penser que nous vendrons des livres numériques en magasin, nous devons donc poursuivre sur Internet notre métier, notamment la médiation, qui peut aussi passer par des blogs », avance le patron d'Atout-livre.

Trouver d'autres moyens de contacter le public, en utilisant notamment les réseaux sociaux, est une autre solution avancée.

via Face au numérique, les libraires doivent s'unir et utiliser les réseaux sociaux : actualités - Livres Hebdo.